Le débat de l’ASP fondatrice « l’obstination déraisonnable, une situation éthique complexe » par le Pr Pierre-Louis LEGER

 

Le mardi 5 novembre, l’ASP fondatrice recevait le Pr Pierre-Louis LEGER, chef de service de la réanimation pédiatrique de l’hôpital Trousseau pour un débat sur « l’obstination déraisonnable chez l’enfant, une situation éthique complexe ». Une trentaine de bénévoles sont venus pour l’écouter et discuter. Le débat a été passionnant.

L’obstination déraisonnable est définie comme un traitement inutile et disproportionné ne visant qu’à prolonger la vie. Elle est le plus souvent envisagée du seul fait du médecin qui croit la médecine toute-puissante et n’accepte pas ses limites, mais comme nous allons le voir le malade, ou la famille dans une situation pédiatrique, peut être à l’origine de cette demande de poursuite de traitements inutiles et disproportionnés et l’équipe médicale se trouve dans une situation extrêmement complexe et face à un dilemme éthique comme dans la situation exposée.

C’est l’histoire d’une enfant de 9 ans, sans antécédents particuliers, brutalement atteinte, pendant les vacances familiales en Tunisie dont la famille est originaire, d’une maladie neurologique exceptionnelle et gravissime – probablement une forme neurologique de la maladie de Behcet – qui détruit de façon irréversible son cerveau, la plongeant dans un coma profond et aréactif, sans respiration spontanée. Elle est totalement dépendante de la ventilation artificielle mécanique. Elle est transférée en réanimation à l’hôpital Trousseau où d’emblée les parents sont informés de la gravité de la maladie et du pronostic très sombre. Cependant de nouveaux traitements sont entrepris sans succès à la suite de nouvelles explorations et de consultations de spécialistes confirmant le diagnostic et le pronostic péjoratif. Devant l’absence d’amélioration, au bout de trois semaines, lors d‘une réunion collégiale à laquelle participent les médecins et l’équipe soignante prenant en charge cette enfant, il est décidé de limiter les traitements à une prise en soins palliative et de ne pas instaurer de nouveaux traitements si une complication nouvelle advient. Une extubation terminale est envisagée, accompagnée d’une sédation profonde et continue jusqu’au décès, comme la loi de 2015 le préconise. Le médecin référent de l’enfant qui est en relation proche avec les parents qu’il rencontre, informe et écoute très régulièrement depuis l’admission, leur annonce ces décisions : les parents s’opposent formellement à l’extubation.

Devant cette situation bloquée, la priorité est de sauver l’alliance avec les parents. L’équipe décide d’avoir recours à une médiation transculturelle pour comprendre, à partir de l’histoire familiale, de la culture, des croyances, les raisons profondes qui expliquent ce refus : cette enfant a une place particulière dans la famille, les parents ont une croyance mystique dans sa survie possible et attendent un miracle. La médiation permet également aux parents de mieux comprendre le contexte médical et législatif justifiant les décisions prises. Mais les positions restent inconciliables.

L’effet du refus des parents est désastreux sur l’équipe soignante qui souffre de cette incompréhension et peu à peu désinvestit la relation à cette enfant dont les soins devenus vides de sens.

Lors d’une nouvelle réunion collégiale, la décision est alors prise d’extuber l’enfant dans un délai de 15 jours. Le médecin chef de service propose aux parents qui persistent dans leur refus d’avoir recours au juge des référés pour trancher, comme la loi le leur permet. Les parents acceptent et les professionnels ont le douloureux sentiment de perdre tout contrôle de la situation. Le juge suspend la décision médicale de l’extubation et ordonne de nouvelles expertises ainsi que le transfert de l’enfant vers un autre service de réanimation pédiatrique, sans remise en cause de la décision de limitation des traitements à d’une prise en charge palliative. L’équipe vit un sentiment d’échec et de trahison mais tient bon.

Finalement, la petite fille décède dans le service, deux semaines plus tard, d’une complication entrainant un arrêt cardiaque, entourée de ses parents et de l’équipe soignante, sans aucune violence, dans une ambiance apaisée. Ce moment est ressenti comme une vraie gratification de leur investissement par tous les professionnels.

Cette terrible histoire a duré 5 mois. Elle montre la place essentielle du questionnement éthique dans toute prise de décision en fin de vie et l’importance de la collégialité où chacun peut s’exprimer, où des avis extérieurs sont sollicités pour éclairer l’équipe impliquée, la nécessité aussi de rappeler les valeurs en jeu : alliance avec les parents, empathie, respect du temps nécessaire pour cheminer vers l’inacceptable de la mort d’un enfant. 

La clarté et la transparence de l’information des parents, les rencontres régulières, l’écoute permettent d’établir et de soutenir une relation de confiance réciproque comme la fin de l’histoire l’a montré. Mais dans un contexte émotionnel aussi extrême, tous les professionnels sont mis à rude épreuve et un soutien psychologique devient une nécessité pour tenir. Depuis cette expérience, le chef de service a obtenu de la direction de l’hôpital un poste de psychologue supplémentaire pour éviter l’épuisement professionnel de l’équipe médico-soignante.

Après cette intervention qui témoigne bien de la complexité de certaines situations d’obstination déraisonnable, le Pr LEGER a répondu aux questions des personnes présentes. L’ASP fondatrice tient à le remercier vivement pour sa disponibilité.

Le prochain début de l’ASP fondatrice aura lieu au mois de février 2020.

Soirée d’inauguration du premier MOOC francophone sur les soins palliatifs

Le 3 octobre dernier, l’ASP fondatrice a célébré le lancement du premier MOOC francophone sur les soins palliatifs à l’Institution Nationale des Invalides. Plus de 100 personnes étaient réunies pour découvrir cette nouvelle formation en ligne, gratuite et ouverte à tous qui débutera le 15 octobre prochain sur FUN MOOC.

Après les discours de bienvenue de M. le médecin général inspecteur Michel Guisset, directeur de l’Institution Nationale des Invalides et Jacques de Beauval, Président de l’ASP fondatrice, un message vidéo du Dr Olivier Mermet, Président de la SFAP qui ne pouvait être présent, a été diffusé. Les deux initiateurs du projet, Antonio Ugidos, ex-Délégué Général de l’ASP fondatrice, le Dr Bernard Devalois, Président du CREI bientraitance et fin de vie, et Françoise Desvaux, Secrétaire Générale et responsable du projet MOOC ont présenté cette formation. A ce jour nous comptons déjà plus de 6.500 inscrits dans plus de 70 pays, (10 % des inscrits en Afrique francophone) ! Une réelle preuve que cette formation répond à un besoin d’information du grand public et de formation des soignants (certains IFSI vont inclure la formation dans leur cursus), non seulement en France mais dans de nombreux pays.

Après des échanges avec la salle, Pierre Ouanhnon, Directeur adjoint de l’Offre de soins de l’ARS Ile de France, a clôturé cette soirée en félicitant l’association pour ce projet et en assurant les associations du soutien de l’ARS Ile de France de plus en plus présente à leur côté.

Les participants ont ensuite pu poursuivre ces échanges autour d’un verre dans une ambiance très conviviale.

 

Un engagement important de l’ASP fondatrice au Congrès de la SFAP

Du 13 au 15 juin dernier, 2500 acteurs de la santé et des soins palliatifs se sont retrouvés à Paris pour le Congrès de la SFAP. Organisé chaque année, cet événement est l’occasion de découvrir les nouvelles méthodes d’accompagnement en soins palliatifs et de tisser des liens entre les professionnels du milieu.

Continuer la lecture de « Un engagement important de l’ASP fondatrice au Congrès de la SFAP »

Premier MOOC francophone sur les soins palliatifs

L’ASP fondatrice, en collaboration avec le CREI Bientraitance et fin de vie et son directeur le docteur Bernard Devalois, a le plaisir d’annoncer le lancement du 1er MOOC francophone dédié aux soins palliatifs. Ce projet novateur et très ambitieux, qui a nécessité plus de 2 ans de travail, a pour objectif de diffuser la culture palliative au plus grand nombre. Il a mobilisé de nombreux experts pour élaborer un programme riche et complet sur les soins palliatifs. Le MOOC sera gratuit, ouvert à tous et accessible dès octobre 2019.       

Continuer la lecture de « Premier MOOC francophone sur les soins palliatifs »

Retour sur la table ronde « Engagement citoyen en soins palliatifs »

Fruit d’une collaboration entre l’ASP fondatrice, le Groupe Hospitalier Diaconesses Croix Saint-Simon et la mairie du 12ème arrondissement, la soirée d’information sur l’engagement citoyen en soins palliatifs s’est déroulée le jeudi 11 avril dans une salle mise à disposition par la mairie.

Continuer la lecture de « Retour sur la table ronde « Engagement citoyen en soins palliatifs » »

L’ASP fondatrice et le CREI Bientraitance et fin de vie préparent le premier MOOC francophone sur les soins palliatifs

La culture palliative est encore peu connue du grand public, des personnes qui en auraient besoin et leurs proches, mais aussi d’une grande partie des soignants.

Continuer la lecture de « L’ASP fondatrice et le CREI Bientraitance et fin de vie préparent le premier MOOC francophone sur les soins palliatifs »