Présentation de l’accompagnement bénévole

Accompagner, c’est faire un bout de chemin avec l’autre,
à son rythme, dans la même direction.

Accompagnant bénévole
Photo : Anne Thomes
Avec l’aimable autorisation de l’association “les p’tites lumières”
La démarche

La pire des souffrances est dans la solitude qui l’accompagne” écrivait André Malraux.

La personne atteinte d’une maladie grave ou en fin de vie peut entrevoir la séparation finale avec souvent, un sentiment d’angoisse et de grande solitude intérieure.

Qui pourra être là auprès de lui et de ses proches en ces instants, les écouter de longs moments exprimer leur peine, voire leur agressivité dans la souffrance trop lourde à porter ? Le médecin, les soignants, l’équipe paramédicale, tous à un moment ou un autre se pencheront vers eux, rempliront cette mission d’écoute fraternelle, mais en priorité, il leur incombe d’accomplir des tâches spécifiques.

Ce sera donc à l’accompagnant bénévole, par sa disponibilité, à les relayer dans la présence et dans l’écoute.

L’accompagnant bénévole n’est pas un visiteur ni un ami, ou un parent, celui qu’on désirerait épargner.

Il est simplement le témoin, le tiers solidaire. Restant dans l’anonymat en ce qui concerne sa situation familiale ou professionnelle, il se présente simplement par son prénom.

Pour un accompagnement efficace avec l’équipe soignante, l’accompagnant bénévole apprend lors des formations et des groupes de parole, le non-jugement, la confidentialité et l’écoute.

L'engagement

Liste des engagements de l’accompagnant bénévole.

  1. Après formation, le bénévole en soins palliatifs s’engage sur une période d’un an minimum;
  2. A l’issue de son recrutement, il s’engage à une présence de 4 heures consécutives, une fois par semaine, à jour fixe, auprès des personnes en fin de vie au domicile, ou en institution auprès d’un ou plusieurs malades qui lui sont désignés par le responsable soignant.
  3. Il s’engage à participer toutes les 4 semaines au groupe de parole de 2 heures qui réunit son équipe autour du coordinateur et du psychologue-animateur.
  4. Il est formé à l’écoute de l’autre et de ses besoins psychologiques et spirituels. Il approfondit cette faculté, ainsi que la gestion des émotions, au cours de stages internes à l’association en participant à un séminaire de formation continue une fois par an.
  5. Au domicile, il permet à la famille et aux proches de prendre du répit pendant environ 4 heures. Il est présent pour le malade en fin de vie autant que pour ses proches.
  6. Il n’accomplit aucun geste technique lors de ses accompagnements de fin de vie en institution. Mais quand il intervient au domicile, puisque la famille est absente, il peut être amené à faire quelques gestes simples autorisés par l’infirmière soignante et demandés par la famille.
Modalités et structures d'intervention

Modalités d’intervention

Les équipes de bénévoles sont liées par une convention signée avec l’institution (décret d’octobre 2000).

Après la formation et la signature d’un contrat moral d’engagement, l’accompagnant bénévole en soins palliatifs intervient dans le cadre d’une équipe, animée par un coordinateur, interface avec l’équipe soignante.

Il s’engage à une présence de 4 heures consécutives par semaine, à jour fixe.

Il s’engage également à participer toutes les quatre semaines au groupe de parole qui réunit son équipe autour du coordinateur et du psychologue – animateur du groupe de parole. Y participer activement et régulièrement est l’une des conditions essentielles de l’engagement d’un bénévole d’accompagnement des malades en fin de vie. Le groupe de parole participe du soutien continu prévu à l’article 2 de l’annexe du décret du 16 octobre 2000 pris en application de la loi du 9 juin 1999 sur les soins palliatifs.

Dans ses relations avec les soignants, l’équipe est soutenue par un médecin référent de l’association, qui participe à l’élaboration de la convention signée avec l’établissement et joue le rôle de conseil dans les relations avec l’équipe soignante.

Structures d’intervention

233 accompagnants bénévoles en soins palliatifs sont répartis en 37 équipes, à Paris et en région parisienne, intervenant en institution ou à domicile.

L’accompagnant bénévole en soins palliatifs exercera dans une équipe choisie en fonction de ses priorités (implantation géographique, type de structure, disponibilité horaire, jour du groupe de parole…) et des besoins associatifs.

Les structures d’intervention des accompagnants bénévoles de l’ASP fondatrice sont au nombre de 6.


01. Unités de Soins Palliatifs (USP)

Les unités de soins palliatifs (USP) sont des unités spécialisées avec des lits d’hospitalisation dédiés aux malades en fin de vie et dont la conception laisse une large place à la famille et aux proches.

Le personnel soignant de ces unités reçoit une formation spécifique, empreinte de beaucoup d’humanité. L’équipe est pluridisciplinaire avec des professionnels de la santé et des accompagnants bénévoles.

Le bénévole accompagne le malade, sa famille et ses proches dans les moments extrêmes de la vie. Il peut régulièrement trouver appui auprès des autres accompagnants bénévoles et des soignants de l’unité de soins palliatifs


02. Equipe Mobile de Soins Palliatifs (EMSP)

Intervention dans tous les services demandeurs d’un hôpital donné.

Les équipes mobiles de soins palliatifs sont des structures ne disposant ni de lit ni de service d’hospitalisation. Elles se rendent dans les différents services de l’hôpital, à la demande des soignants des services, afin de les aider auprès des malades et de leurs proches. Les EMSP sont des équipes pluridisciplinaires qui apportent un soutien médical, moral et psychologique aux patients suivis dans les différents services.

L’accompagnant bénévole, rattaché aux soignants de l’EMSP, doit faire preuve de souplesse et d’adaptabilité. Il ne va voir que les malades qui lui sont indiqués par l’EMSP. Il joue également un rôle auprès des soignants des services dans la transmission de la culture palliative et dans sa spécificité d’accompagnant bénévole auprès du malade et de sa famille. Il doit pouvoir parler de son bénévolat en soins palliatifs pour faciliter la reconnaissance et l’acceptation de l’EMSP dans les différents services de l’hôpital.


03. Services cliniques

Cancérologie, hématologie, médecine interne, pneumologie, hôpital de jour, urgences, réanimation

Dans les services cliniques où les accompagnants bénévoles de l’ASP fondatrice interviennent (hématologie, pneumologie, oncologie, médecine interne, hôpital de jour), les malades pris en charge sont menacés dans leur vie à plus ou moins long terme. L’accompagnement porte sur plusieurs mois lors de périodes d’hospitalisation en alternance avec le domicile.

La dimension palliative est donc intégrée dans une démarche soignante curative et va porter sur les phases critiques de la maladie (annonce du diagnostic, lourdeur et conséquences des traitements subis, rechute, phase terminale).

Des liens plus personnels peuvent être tissés avec le malade et sa famille.


04. Gérontologie

Auprès des personnes âgées en soins palliatifs.

Les bénévoles accompagnent des personnes âgées en EHPAD (Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes) ou en hôpital de moyen et long séjour. Ils les accompagnent sur une longue durée, dans un enchaînement de pertes successives et le plus souvent dans l’absence des familles.

Les accompagnants bénévoles apportent présence et écoute. Ils tentent de maintenir le lien pour éviter le plus possible le repli sur soi et la perte identitaire du malade.

Les soignants accueillent les accompagnants bénévoles dans leur équipe et développent avec eux une relation de confiance et de respect réciproque, dans un réel souci de complémentarité.


05. Domicile

En liaison avec des services d’hospitalisation à domicile (HAD) ou avec des Réseaux de soins palliatifs.

L’ASP fondatrice propose au malade, à sa famille ou à ses proches un service d’accompagnement du malade à domicile.

L’ASP fondatrice collabore avec des réseaux de soins palliatifs et des HAD (Hospitalisation à Domicile) ou les médecins traitants. Les réseaux ainsi que les HAD évaluent la demande et organisent les soins à domicile. Ils permettent une action collective des professionnels pour le maintien à domicile du malade.

Pour le malade, l’accompagnant bénévole apporte une présence et une écoute. Il respecte les désirs et les besoins du malade. Pour la famille ou l’entourage, il apporte également une écoute. Il peut aussi l’aider à gérer et vivre ses émotions. Enfin, il lui permet de sortir et d’avoir un peu de répit sans culpabiliser.

Le bénévole accompagne généralement le malade sur plusieurs mois et peut servir de soutien et de relais auprès de la famille.


06. Consultation de la douleur

Intervention auprès des malades atteints de cancer.

Voir la localisation des équipes

Devenir accompagnant bénévole

Les modalités de sélection et de formation

Nous avons toujours consacré un soin particulier à la sélection et à la formation des futurs bénévoles. C’est devenu une obligation, clairement énoncée dans l’article 10 de la loi du 9 juin 1999 visant à garantir le droit à l’accès aux soins palliatifs.

Ce processus de formation est mené à l’initiative du candidat bénévole. L’association a pour vocation de lui permettre de mûrir son projet à son rythme et d’aller s’il le souhaite jusqu’au bout de sa démarche, si aucune contre indication formelle n’est apparue au cours des différentes étapes.

L’intégration de l’accompagnant bénévole en soins palliatifs se fait en plusieurs étapes :

  1. Après nous avoir contacté, nous vous envoyons un questionnaire à nous retourner.
  2. Ensuite vous nous appelez pour avoir un premier rendez-vous avec un cadre de l’association.
  3. Ce premier entretien avec un cadre de l’association permet de faire connaissance et de vous présenter l’association, ses objectifs, son fonctionnement ainsi que le travail d’accompagnement tel que nous le concevons.
  4. Après un temps de réflexion, vous prenez un rendez-vous avec un psychologue de l’ASP fondatrice pour un deuxième entretien, davantage centré sur vos motivations.
  5. Puis nous décidons collégialement des suites à donner à votre démarche.
  6. Si vous maintenez votre candidature et avec notre accord, nous vous invitons à participer aux deux jours de SIO (Session d’Information et d’Orientation) samedi et dimanche, de 9 h à 17 h 30 dans nos locaux.
  7. Après validation de votre demande de candidature, vous nous adressez vos choix d’affectation. En fonction de l’évaluation de fin de stage et des besoins des équipes, nous vous proposons de rejoindre une équipe pour un parrainage de trois mois (temps de formation et d’évaluation sur le terrain).
  8. Pour clore ce parrainage, vous complétez votre formation par deux jours de SI (Session d’Intégration) permettant de reprendre en groupe vos premières expériences d’accompagnement (vendredi, samedi, de 9 h à 17 h 30 au siège).
  9. A la fin de ce cursus, nous vous confirmons votre engagement définitif à l’ASP fondatrice et dans votre équipe en tant qu’accompagnant bénévole. Votre engagement sera validé par la signature d’un contrat moral d’engagement d’un an et votre inscription à une formation sur l’écoute.

La durée et les étapes de ce parcours nous sont essentielles pour que le bénévole puisse affiner, confirmer sa démarche et trouver la place qui lui conviendra dans une équipe ; elles doivent également permettre à l’association de vérifier que son engagement ne comporte de risques ni pour lui, ni pour le malade et son entourage, ni pour l’institution dans laquelle il sera amené à intervenir.

N’hésitez pas à nous contacter pour :

  • l’engagement de l’accompagnant bénévole en soins palliatifs
  • les différentes étapes de la formation de l’accompagnant bénévole en soins palliatifs
  • l’envoi du dossier de candidature et des brochures d’information
  • les calendriers des entretiens préliminaires et des formations initiales théoriques et pratiques

En savoir plus sur les formations