Éthique de l’accompagnement bénévole – 1ère demi-journée de formation (Tanguy CHATEL)

Mardi 08 (14h30 à 17h30) et Mardi 15 mars (14h30 à 17h30)

Format DISTANCIEL, via ZOOM

Objectif

  • Eclairer la manière d’ajuster la relation d’accompagnement en s’appuyant sur l’expérience de chacun, à travers ses réussites mais aussi ses difficultés pour mieux mettre en évidence certaines clés éthiques.
  • Aider à structurer l’action bénévole.

Contenu

Cette formation est répartie sur deux demi-journées.

Ethique de l’accompagnement bénévole (1ère demi-journée) :

  • Accompagner est un mot courant qui puise ses origines chez les compagnons-bâtisseurs des cathédrales. A l’origine, c’était une posture professionnelle. Avec le temps, c’est devenu un mot du vocabulaire courant qui s’est banalisé.
    Aujourd’hui, dans le contexte moderne de la prise en charge, la relation humaine tend à retrouver une place déterminée. Dans ce contexte, accompagner n’est pas quelque chose qui va de soi. Cette relation suppose quelques repères éthiques afin de garantir qu’elle sera aussi ajustée et respectueuse que possible. Accompagner redevient aujourd’hui une posture professionnelle (ou quasi-professionnelle dans le cas de bénévoles).

Ethique du bénévolat (2ème demi-journée) :

  • En théorie, être bénévole, c’est agir librement et gratuitement. C’est là une définition très factuelle et finalement très pauvre qui ne rend pas compte de la richesse éthique du bénévolat.
    En creusant cette notion, au-delà de cette définition convenue et des clichés, on découvre que le bénévolat ne se limite pas aux seuls bénévoles mais qu’il peut s’appliquer tout autant aux professionnels dès lors qu’on considère le bénévolat non pas comme un statut mais comme un état d’esprit. Cet état d’esprit requiert une vigilance éthique pour faire en sorte que l’action soit menée avec rigueur, ouverture et générosité.

Méthodes pédagogiques

Alternance d’apports théoriques et d’apports par les participants à partir d’échanges.